La plus ancienne trace écrite du monnayage de Souvigny remonte à l'archiépiscopat d'Aldeberg de Bourges (1095 - 1098) et figure dans le cartulaire de La Chapelle-Aude. Les sources dont on dispose pour la connaissance de ce monnayage sont fournies par les textes anciens et la découverte de trésors monétaires, qui permettent d'apprécier la diffusion de la monnaie de Souvigny: Basse-Auvergne, Berry, Marche, Nivernais, et plus exceptionnellement Bourgogne, Forez, Bretagne, Normandie et Poitou

À partir de 1213, les sires de Bourbon sont associés au droit de monnayage. Les mentions de la monnaie de Souvigny sont particulièrement nombreuses dans la première moitié du XIle siècle. Le titre du denier souvignyssois a dû s'affaiblir à partir de 1230. Dans la seconde moitié du siècle, le déclin de la monnaie de Souvigny s'amorce, et elle est concurrencée par le tournois royal. Le droit de monnayage du prieuré de Souvigny est racheté par le roi de France en 1321. La plupart des pièces retrouvées portent l'effigie de saint Mayeul, tête nue et vu de face, ou bien mitre et vu de profil. La typologie établie montre l'extrême diversité des modèles et l'évolution de la représentation de Mayeul.


Carte de diffusion de la monnaie

Un trésor de 664 monnaies d'argent a été découvert au début du mois d'Août 1987 sur la commune de Saint-Maigner (Puy-deDôme, ar. Riom, c. Pionsat). L'inventeur et propriétaire du terrain a mis au jour cet ensemble en travaillant dans son jardin potager ; les monnaies étaient contenues dans un petit pichet en terre blanche qui a été recueilli. L'ensemble de la trouvaille est conservé dans son intégralité aux musées de Souvigny.

La répartition des monnaies est la suivante :
Monnaies féodales françaises :
639 deniers de l'abbaye de Souvigny (P.A. 2170) - crosse à dr. 353 ex. - crosse à g. 286 ex.
21 oboles du comté de Chartres, fin Xle-début XI'e s. (P.A. 1736) 1 obole du comté d'Angoulême, fin Xle-début X Ile s. (P.A. 2662, pi. LVII,5). Monnaies royales françaises :
3 deniers, Louis VI, 1108-1137, Orléans (L. 130).

Le trésor monétaire, visible au musée de Souvigny

Le chapiteau des monnayeurs représente des moines frappant, à I'aide d'un marteau et d'un coin, un lingot de métal, puis pesant les espèces. Dès la seconde moitié du XIe siècle, existait à Souvigny un atelier monétaire monacal. Ce privilège de battre monnaie ne fut pas sans exciter les convoitises des sires de Bourbon qui cherchèrent à en tirer profit (un trésor monétaire, constitué des deniers de Souvigny est exposé dans la seconde partie des musées). Deux traités d'association furent passés en 1213 et 1290 ; le roi Philippe V devait racheter ce droit en 1321.



Le chapiteau des monnayeurs

Plan de situation

Fouilles archéologiques : 2002 - 2007
En savoir plus

Bibliographie
En savoir plus

Monnaie, sur la boutique en ligne...