Qui n'a entendu parler de la Bible de Souvigny, chef-d'œuvre de l'art roman du XIIe siècle, volumineux ouvrage écrit et décoré à la main, avec la minutie et l'art des moines de l'époque?
« Elle reprend l'histoire sainte en une suite d'images enluminées et ensoleillées comme les vitraux d'une cathédrale ».
« Chacun des livres de la Bible s'ouvre sur une grande initiale peinte, timbrée au centre d'un motif ornemental ou formant parfois, en le débordant, le cadre d'un petit tableau à personnages dont le sujet est emprunté au livre qui suit ». « La Bible de Souvigny n'est pas seulement magnifique ; elle évoque toute une longue période de l'histoire de l'art européen. Elle en fait saisir, avec une acuité particulière l'unité à travers les régions diverses et dans la suite des temps ».
Ces pages illustrées ont conservé une exceptionnelle fraîcheur qui ont longtemps étonné les spécialistes les plus éminents.

Extraits de la brochure de M. Jean Porcher, conservateur en chef du cabinet des manuscrits à la Bibliothèque Nationale.

OU LA BIBLE DE SOUVIGNY EST-ELLE EXPOSEE ?

En dehors de sa présence à l'exposition qui s'est tenue à Paris, ce joyau du Bourbonnais est conservé à la Bibliothèque Publique de Moulins. Mais sa grande valeur fait qu'elle n'y a guère séjourné durant ces dernières années. Depuis de nombreux mois, elle était à la Bibliothèque Nationale à Paris où sa reliure a été restaurée et rétablie selon sa configuration première.
Une première restauration avait été faite en 1833 par un artiste moulinois qui y avait apposé une couverture de velours rouge. A cette occasion, deux des médaillons de la parure ont été égarés. L'un d'eux a été retrouvé dans la collection d'un antiquaire, Robert Von Hirsch, collection qui s'est vendue à Londres, le 27 juin 1978.
Grâce à la souscription ouverte par l'Association pour la Sauvegarde et l'accroissement du patrimoine Bourbonnais, il a pu être racheté et retrouver sa place. Il en a coûté quelques 160.000 francs. La BIBLE de SOUVIGNY va revenir prochainement à Moulins. Mais, elle ne sera pas exposée, car la lumière finit par détériorer ses remarquables couleurs.
Une collection de diapositives a été prise et un montage audio-visuel est en préparation. Espérons qu'il sera possible d'en obtenir copie ; et à défaut de l'original, une maquette aurait sa place au Musée de Souvigny.
On parle également d'en faire une des vedettes des prochaines « Journées d'automne» à Moulins.

VEDETTE À PARIS DE L'EXPOSITION « La vie mystérieuse des chefs-d'œuvre » « La science au service de l'art »

« L'image technique de la science est plus spontanément associée au futur qu'au passé, à l'innovation qu'à la conservation. C'est la logique de l'évolution et du progrès. Et cependant, progresser n'est pas seulement accroître le savoir et le pouvoir que nous transmettons à nos enfants, mais aussi mieux préserver ou retrouver, dans ce qu'il a d'irremplaçable, l'héritage que nous avons nous-mêmes reçu ... ».

Hubert CURIEN

La presse s'est fait l'écho de cette exposition importante organisée au Grand Palais, du 11 octobre 1980 au 5 janvier 1981, dans le cadre de l'année du Patrimoine.
Y
étaient notamment expliqués les procédés les plu!; modernes permettant de vérifier l'authenticitt: des chefsd'œuvre laissés par nos ancêtres, d'analyser les procédés qui ont été employés et qui restent souvent inégalés, de mesurer aussi leur ancienneté.
Des œuvres d'art mondialement connues ont été ainsi analysées ; céramiques, sculptures sur bois, sur pierre, statuettes, vitraux, peintures célèbres.
Parmi les clous de l'exposition, on pouvait visiter les GROTTES de LASCAUX reconstituées grandeur nature avec leurs peintures qui ont conservé, à Montignac-en· Périgord, malgré leurs 20.000 années, toute leur fraîcheur.

LA BIBLE DE SOUVIGNY était aussi exposée, scrupuleusement gardée compte tenu de sa grande valeur. Nous reproduisons, ci-après, les résultats des analyses auxquelles elle a été soumise et qui étaient commentées lors de la visite.

« Cette BIBLE, l'un des joyaux de l'art clunisien, peut servir de référence pour l'étude d'autres manuscrits enluminés de la seconde moitié du 12" siècle. Ses différentes constituantes ont été analysées, en particulier l'argent des enluminures dont l'éclat est resté exceptionnellement intact. La microfluorescence X a révélé qu'il s'agit d'argent pur, déposé en feuille sur une préparation au blanc de plomb. L'analyse par microfluorescence X révèle des cristaux d'azurite, de vermillon et de malachite. Les microphotos de la surface des enluminures permettent de constater de très nombreuses craquelures provenant de la fragilité de la couche picturale ».

« Analyse histologique du parchemin : on aperçoit un groupement de poils colorés en jaune sur un fond vert de fibres de collagène. Cette structure fait penser à une peau de mouton de type primitif ».

Bibliographie
En savoir plus


Lettrine

Bibligraphie :

  • "Nouveau regard sur la Bible de Souvigny", Publications de la Ville de Moulins, 1999, ISBN 2-910466-07-8 (épuisé).
  • "La Bible de Souvigny", Publications de la Ville de Souvigny, 2007, ISBN 978-2-9529457-2-1.

Texte et photo issus de la gazette municipale de 1980.

Ci-dessus : Détail de David et Goliath.

Ci-dessus : Détail de la Genèse.