Depuis deux siècles, l’orgue érigé sur la tribune occidentale autrefois consacrée à saint Michel, prête sa voix à l’église de Souvigny et contribue à l’éclat des cérémonies.
Archives (gazette municipale - 1983).

Probablement offert par le prieur claustral dom (de) la Croix, dont les armes orneraient le panonceau de l’ange musicien qui domine la tourelle centrale du grand buffet, il doit à la qualité de ses matériaux, à la perfection de ses timbres et à la pauvreté de la paroisse d’avoir traversé les ans sans transformation, pour l’élévation des fidèles et la délectation des musiciens. Trois inscriptions sur parchemin collées à l’intérieur des sommiers de pédale et de positif attestent de son origine racée : «Fait par M. Clicquot facteur d’orgue du Roy» ; «Faite à Paris le 25 may 1782» ; «Cet orgue a été fait à neuf par François-Henri Clicquot facteur d’orgue du Roy en 1783 du règne de Louis XVI et du trianat de Dom La Croix prieur de Souvigny».
Il est, avec son grand frère de la cathédrale de Poitiers (1790), le seul témoin intégralement conservé du grand facteur, lui-même fils et petit-fils de facteurs d’orgues. Réclamé vainement par la fabrique de Saint-Pierre de Moulins en 1803, il doit sa célébrité littéraire à Alexandre Dumas qui passait par Souvigny en 1834. C’est ensuite J.J. Bonaventure Laurens et Danjou relayés par Hamel qui se chargent de sa promotion et l’on peut dire que cet orgue est l’un des plus anciens à avoir été considéré comme un témoin précieux, un monument historique, réputation sanctionnée par le classement de la partie instrumentale en 1947 et du buffet en 1975.
En 1880, un devis de travaux, très respectueux, de Merklin reste sans suite et c’est Goydalin, en 1887, qui effectue le premier relevage. En effet, le travail de Delor pour la manufacture Daublaine et Callinet n’était qu’un dépoussiérage. L’orgue est alors haussé d’un ton et Goydadin établit une nouvelle soufflerie. Ce n’est qu’en 1960 qu’on installe une turbine électrique et, en 1977, Philippe Hartmann restitue trois soufflets cunéiformes ; le mécanisme d’asservissement est ensuite affiné par Philippe Klinge. Il s’agit donc d’un témoin irremplaçable, connu Outre-Atlantique et jusqu’au Japon pour la subtilité de sa mécanique, l’éclat de ses anches – trompettes, clairon, cromorne, hautbois voix humaine –, la suavité de ses fonds et l’ardente poésie de ses jeux de tierce : de quoi rendre idéalement le répertoire baroque français, Couperin, Grigny, d’Aquin, et surtout la littérature de la fin du XVIlIe siècle, Michel Corrette, Beauvarlet-Charpentier et Lasceux.


Les journées musicales d'automnes
Souvigny, Saint-Menoux, Moulins
du vendredi 24 au dimanche 26 septembre 2010

Pour leur dixième édition, les J.M.A. invitent les festivaliers à retrouver l’orgue historique de François-Henri Clicquot (1783), dans l’église Saint-Pierre et Saint-Paul à nouveau ouverte au public après une importante tranche de travaux de restauration. Outre les concerts donnés en différents lieux, avec des ensembles à la réputation bien établie, et de jeunes artistes à découvrir, l’Association Saint-Marc s’attache aussi à la mise en valeur du patrimoine littéraire et artistique de l’époque baroque, en étroite collaboration avec les institutions et acteurs culturels et touristiques de notre région.


L'orgue historique François-Henri Clicquot de Souvigny (1783).

Une telle richesse sonore que les mots sont bien incapables de traduire s’inscrivait dans le prolongement de la Contre-Réforme : rien n’est trop beau pour Dieu. Cet instrument n’est pas d’abord conçu pour l’accompagnement, mais pour l’alternance, l’orgue se substituant aux chanteurs un verset sur deux. Et s’il est permis de paraphraser Monsieur Olier, on peut affirmer que le plein-jeu, brillant, est l’image du Père, que le jeu de tierce, souple et émouvant, symbolise l’humanité du Fils, tandis que le grand-jeu, avec ses anches flamboyantes, évoque l’Esprit de la Pentecôte. Outre son rôle d’acteur dans la liturgie, l’orgue de Souvigny est le pivot d’un festival de musique baroque chaque automne.

Composition de l'orgue :


Journées musicales d'automne
Programme 2010
  • Vendredi 24 septembre à 21h.
    Vincent Genvrin
    Franz Joseph Haydn
    Église Saint-Pierre et Saint-Paul
  • Samedi 25 septembre
    14h30 : Pierre Lafoucrière, peintre. 
  • 16h. : Les Basses Réunies ; Johann Sébastien Bach
    Auditorium Saint- Marc, Souvigny 
  • 17h.30 : Goûter baroque
  • 21h. : Trio AnPapié
    Haydn
    Auditorium Saint- Marc, Souvigny 
  • Dimanche 26 septembre
    Concert à 9h45 précédé du petit-déjeuner à 9h15
    Blandine Rannou, Rameau, Bach, Couperin, Forqueray...
    Auditorium Saint- Marc, Souvigny 
  • 11h15 : Messe Solennelle avec Henri Delorme à l’orgue F.H. Clicquot
    Église Saint-Pierre et Saint-Paul, Souvigny
  • 14h : Visite surprise
  • 17h : Rosasolis, Georg Friedrich Haendel, Archangelo Corelli.
    Église de Saint-Menoux
Contact :